Adolphe_Godin_de_Lépinay

Alphonse Godin de Lépinay, ingénieur 1821-1898

Nicolas Joseph Adolphe Godin de Lépinay

Il est né le 10 octobre 1821 au château de Moriolles sur la commune de Lissac-sur-Couze en Corrèze.

Nommé ingénieur de deuxième classe en 1847, il fut chargé d’une étude pour mettre à profit les eaux de la Vézère, entre les Gorges du Saillant et la limite du département de la Corrèze. Cette étude fut plus tard utile pour construire le barrage du Saillant.

La première grande étude de sa carrière fut celle de plusieurs lignes de chemin de fer en France et en Algérie, ainsi qu’une étude pour les chemins de fer d’Athènes. Les tracés des chemins de fer algériens lui doivent beaucoup. Il effectua également plusieurs missions au Mexique, pour étudier le tracé ferroviaire entre Veracruz et Cordoba.

Adolphe Godin de Lepinay fut également l’auteur de tracés de canaux, dont celui de Panama reliant l’Océan Atlantique à l’Océan Pacifique. Lors du congrès international du canal interocéanique organisé à l’initiative de Ferdinand de Lesseps à Paris en mai 1879, Godin de Lépinay fut le seul à présenter un projet avec écluses et formation d’un lac artificiel pour éviter les variations de niveau de la rivière Chagres. Il avait été également le seul à attirer l’attention sur les conditions sanitaires difficiles liées au climat tropical (fièvre jaune et paludisme). Son projet fut éliminé, bien que moins dispendieux en argent et en vies humaines que celui de canal à niveau de Ferdinand de Lesseps. Ce projet fut finalement un désastre : c’est pourquoi celui de Godin de Lépinay fut plus tard repris en 1906 et terminé par les américains en août 1914 sur les bases de l’étude de l’ingénieur français. Celui-ci jouit alors, au début des années 1870, d’une renommée internationale d’ingénieur efficace et réaliste dans ses propositions.

Il décéda à Paris en 1898, sans descendance directe, léguant son domaine poitevin à l’Académie des sciences. C’est ainsi que commence pour l’Académie son implication avec l’histoire du domaine du Ry-Chazerat.

Le Domaine du Ry-Chazerat

ry-chazeratEn 2014, dans le cadre d’une nouvelle gestion du Domaine du Ry-Chazerat l’Académie des sciences a contracté des accords de partenariats avec le Conseil général de la Vienne et les communes de Montmorillon et de Journet.

  • Avec le Conseil général de la Vienne

L’Académie s’est associée à un évènement FuturS en Vienne organisé par le Conseil général sur le thème de la couverture des besoins alimentaires pour la planète pour demain, avec la participation d’un membre de l’Académie des sciences et de l’Académie d’Agriculture de France.

La réunion nationale des conseillers académiques pour la science et la technologie auprès de recteurs (CAST) s’est tenue à Poitiers et dans le domaine de l’Académie à Journet en juin 2014. Un thème abordé dans ce cadre aura été celui de la biodiversité proposé par le Rectorat de Poitiers. Le développement d’un axe pédagogique fort autour de l’enseignement des sciences de la Terre et de la Nature est donc proposé. Il devra conduire à la découverte et la compréhension de l’agriculture raisonnée moderne en se référant aux différentes phases de son évolution au cours du 19e et 20e siècle. Ceci se faisant au cœur d’un paysage agricole particulièrement dense et varié en marge de zones urbaines assez lointaines.

  • Avec la ville de Montmorillon, Cité de l’écrit et des métiers du livre

L’Académie s’est associée en 2013, et pour la première fois, au Salon du livre de Montmorillon. Quelques ouvrages issus des travaux de l’Académie : Comptes rendus, Avis, Rapports, etc. ont été présentés au public.

Lors du Salon du livre du 21 juin, 2014 Bernard Meunier, alors Vice-président de l’Académie a donné une conférence intitulée « Le livre va-t-il disparaître face au monde de l’internet ? »

Dans l’évolution que l’Académie souhaite donner à ce partenariat avec les communes de Montmorillon et de Journet, elle a décidé de consacrer, au sein du domaine, un lieu d’hébergement pour récompenser des scientifiques qui souhaitent finaliser l’écriture d’un ouvrage scientifique comme cela se réalise pour des artistes dans la Villa Médicis à Rome. L’accueil de scientifiques et chercheurs, sera la mission fondatrice et centrale de l’Académie des sciences dans ce domaine. Elle sera ouverte internationalement à tous les champs de la création scientifique ou de l’histoire de la science, dans toutes les disciplines scientifiques.

  • Avec la commune de Journet

L’Académie des sciences et la commune de Journet vont créer un site unique où les sciences de la Terre et de l’Univers pourront mettre en scène les dernières avancées scientifiques et technologiques dans des domaines aussi variés que l’écologie scientifique, l’agronomie, la chimie verte, etc.

En relation avec le programme pédagogique établit avec le Conseil général évoqué ci-dessus, le développement du concept d’agro-paysage sera établit pour assurer le lien entre le lieu et son ancien propriétaire.

Adolphe Godin de Lépinay jouit d’une renommée internationale, principalement outre-Atlantique. Cette notoriété n’a pas son équivalent en France où il est parmi les « grands oubliés » de l’histoire des bâtisseurs et des ingénieurs de talents, loin de Ferdinand de Lesseps ou de Gustave Eiffel.