Les programmes d’enregistrement au Patrimoine mondial (ou patrimoine de l’humanité) et au Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco sont bien connus. Et pourtant, il n’existe, à ce jour, aucune inscription ayant un rapport avec les grandes inventions et les grands scientifiques à l’un quelconque de ces programmes de l’Unesco. Contexte inhérent à la nature de ces programmes.

C’est à travers un programme de l’Unesco moins connu que des perspectives peuvent toutefois apparaître : le Registre international de la Mémoire du monde. Créé en 2002, le Programme Mémoire du monde part du principe que le patrimoine documentaire du monde appartient à tous, et qu’il devrait être entièrement préservé et protégé pour le bénéfice de tout un chacun et être accessible à tous, de manière permanente, sans obstacle aucun, compte étant dûment tenu des spécificités et pratiques culturelles qui s’y rattachent.

Les archives de Louis Pasteur (initiative française portée par l’Académie des sciences et la Bibliothèque nationale de France, qui disposent de la quasi totalité des archives du savant) sont soumises à l’inscription au Registre international Mémoire du monde. Depuis 2012, un dossier est en cours de constitution en relation avec la Commission nationale française de l’Unesco. Celui-ci a été déposé aux instances internationales de l’Unesco en mars 2014 pour une réponse attendue en juillet 2015.